Warning: Cannot assign an empty string to a string offset in /home/www/fdcprod/wp-content/themes/hague/inc/template-custom.php on line 161
Search for content, post, videos

Belle Comme La Femme D’un Autre

Aussitôt vu, presque aussitôt oublié… C’est malheureusement le sort qui guette cette comédie romantique mal aboutie dans laquelle Audrey Fleurot (Les Gazelles, Sous les jupes des filles) se voit chargée par Zabou Breitman (plutôt convaincante dans le rôle sur mesure d’une bourgeoise angoissée) de “coincer” son compagnon et tester ainsi sa fidélité. Ni une ni deux, il ne faudra pas vingt-quatre heures à Olivier Marchal – pourtant présenté comme un modèle de fidélité – pour tomber dans les bras de la belle rousse, à qui il n’en faudra pas moins pour capituler. Une faiblesse de scénario qui n’est pas seulement invraisemblable mais tue dans l’œuf tout le plaisir qu’on attend d’une comédie romantique, genre où notre attachement aux personnages dépend souvent de l’ampleur de leurs frustrations. Ici, tout est trop facile : l’héroïne obtient rapidement tout ce qu’elle veut, ce qui nous la rend forcément très antipathique, et les vagues situations de conflit se dégonflent aussi vite qu’une bouée crevée. Et ce n’est pas le casting ni la mise en scène, banale, qui vont nous faire rêver. La réalisatrice, Catherine Castel, essaie bien d’introduire quelques gags par le biais du personnage joué par Yves Jacques, un mormon polygame, mais sans vraiment les exploiter. Quant aux intrigues des personnages secondaires – comme la petite romance entre la chef d’Agathe et un noble passionné de chasse -, elles n’apportent strictement rien à l’histoire. Bref, celui qui s’en tire le mieux, c’est encore ce Lux Hôtel dans lequel s’ébattent les personnages : avec sa piscine, son spa, ses bungalows spacieux à deux pas de la plage, on se dit que l’équipe du film a au moins passé de belles vacances. _M.Q.