Warning: Cannot assign an empty string to a string offset in /home/www/fdcprod/wp-content/themes/hague/inc/template-custom.php on line 161
Search for content, post, videos

Beaucoup De Bruit Pour Rien

Réalisée en quelques jours avec une troupe de fidèles entre les fidèles, comédiens croisés pour la plupart dans Buffy, Angel, Firefly ou Dollhouse, entre la fin du tournage et le début du montage du colossal Avengers, l’adaptation par Joss Whedon de la pièce de William Skakespeare, Beaucoup de bruit pour rien, avait de quoi déconcerter. Aidé par son très beau Noir & Blanc, et quoique un peu desservi par une mise en scène fonctionnelle mais sans éclat, l’auteur s’en sort pourtant avec les honneurs, l’œuvre lui permettant de renouer notamment avec les amours contrariées, mêlées d’attirance et de répulsion – tomber amoureux, c’est souvent, chez Whedon, à son corps défendant -, des shows télévisuels qui ont fait son succès. Les répliques les plus cinglantes de l’ami William sont donc ici envisagées comme autant de punchlines, ce qu’elles étaient en vérité à l’époque de leur création. Fidèle au texte et à l’esprit de la pièce, l’auteur ne s’embarrasse pas outre mesure de questions de transposition. Si Benedick s’y interroge sur ses sentiments pour Beatrice, tout en faisant son jogging, c’est davantage sur le ton de la plaisanterie que dans l’idée, dommageable à tant d’autres adaptations, d’actualiser l’œuvre d’origine. C’est ainsi tout à la fois la vertu et la limite d’un cinéaste aussi habile à introduire une profondeur inattendue dans des univers pop et geek qu’à mâtiner une pièce maîtresse d’une relative désinvolture. Léger comme une bulle de champagne – les personnages s’enivrent d’ailleurs à toute heure -, Beaucoup de bruit… se révèle plus que l’œuvre d’un fan transi ou que celle d’un storyteller anonyme : un geste aussi décomplexé que respectueux. _T.F.