Warning: Cannot assign an empty string to a string offset in /home/www/fdcprod/wp-content/themes/hague/inc/template-custom.php on line 161
Search for content, post, videos

Baby

Avec son économie restreinte, l’esthétique du found footage est devenue une aubaine pour tourner des longs métrages à petit budget, qui compensent leur manque de moyens par une certaine inventivité visuelle ou une petite originalité scénaristique. Or, avec The Baby, le filon, qui a commencé par le succès mondial de Paranormal Activity, tend à s’épuiser dangereusement. Avant tout parce qu’ici le procédé formel n’est qu’un argument économique, qui n’est jamais justifié par l’intrigue. Il s’agit, ni plus ni moins, de recycler une intrigue solide (une grossesse démoniaque – voir Rosemary’s Baby) en prétendant faire du neuf avec un filmage “à l’arrache”… soit l’antithèse absolue de films comme [REC] ou Cloverfield, où la question du regard et de la mise en scène est prépondérante. Sûr de lui, The Baby enchaîne les poncifs – la future mère, végétarienne branchée bio, devient sévèrement carnivore et a de douteuses absences – et s’acharne à ne laisser planer aucun mystère. Sans le moindre soupçon d’ambiguïté à se mettre sous la dent, le spectateur, qu’il soit féru ou non du genre, s’ennuie bien vite… Et, au lieu de redonner du rythme à un scénario ronflant, son atmosphère de paranoïa grandissante fait basculer la seconde partie dans le ridicule, avec sa secte de pacotille. Matt Bettinelli-Olpin et Tyler Gillett, auteurs de l’efficace dernier segment de l’anthologie horrifique V/H/S (2012), n’ont pas révisé leurs classiques et se fourvoient ici : incapables de transcender un récit confondant d’inanité, ils laissent leurs acteurs livrés à eux-mêmes et ne parviennent à générer aucune tension. C’est dire si The Baby est un échec à oublier au plus vite… _Mi.G.