Warning: Cannot assign an empty string to a string offset in /home/www/fdcprod/wp-content/themes/hague/inc/template-custom.php on line 161
Search for content, post, videos

Aux Yeux Des Vivants

Après le gore (À l’intérieur) puis le fantastique (Livide), Julien Maury et Alexandre Bustillo s’attaquent à un troisième sous-genre du cinéma d’horreur : le “slasher”. Cependant, ils n’en respectent pas tout à fait les règles. En effet, ici, ce sont des collégiens, et non de jeunes étudiantes, qui sont les proies d’un tueur (rarement) masqué. En outre, la dimension sexuelle inhérente aux slashers est absente. Rendant aussi bien hommage à Tobe Hooper et Wes Craven qu’à Stephen King, Aux yeux des vivants se présente avant tout comme un film hybride, une sorte de croisement entre Stand by Me et La Colline a des yeux. Sur le papier, l’entreprise est louable et a de quoi faire saliver les amateurs. En pratique, c’est une autre histoire car, comme dans leurs précédentes réalisations, les deux comparses ne parviennent pas tout à fait à être à la hauteur de leurs ambitions. Il y a bien quelques moments de suspense et de terreur réussis, une bonne dose de violence – voire de sadisme -, un “boogeyman” honorable à défaut d’être exceptionnel… Mais l’ensemble ne séduit que par intermittences. Car le scénario est maladroit et la mise en scène impersonnelle. De plus, le décor, pourtant intéressant, du vieux studio de cinéma, reste sous-exploité. Si Bustillo et Maury s’inspirent beaucoup du cinéma de genre US et de ses jeunes et beaux citadins aux prises avec des rednecks crasseux et dégénérés, jamais le duo ne semble parvenir à s’affranchir de ses glorieux aînés et à imposer sa patte. Entre dialogues convenus, personnages caricaturaux et rebondissements prévisibles, ils prouvent que le cinéma d’horreur hexagonal a encore du chemin à faire. _G.A.