Warning: Cannot assign an empty string to a string offset in /home/www/fdcprod/wp-content/themes/hague/inc/template-custom.php on line 161
Search for content, post, videos

Au Fil D’ariane

Pour son dix-huitième long métrage, Robert Guédiguian retrouve une fois de plus sa bande (Ascaride, Darroussin, Meylan, Boudet) et dirige à nouveau Adrien Jolivet et Anaïs Demoustier (Les Neiges du Kilimandjaro). Tourné dans les décors familiers du cinéaste, Au fil d’Ariane conte les aventures vécues par son héroïne, et dont le spectateur pourra assez vite comprendre (car cette “fantaisie” ne fait pas spécialement dans la finesse) qu’elles se déroulent en rêve. Le jour de son anniversaire, Ariane, vêtue de sa jolie robe pastel, s’enfuit de son bel immeuble, filmé comme une maquette immobilière. À bord de sa petite voiture, elle est surprise de voir les automobilistes danser sur la musique de son autoradio, jusqu’à ce qu’un jeune homme lui propose une escapade en Vespa. Telle Alice plongeant dans le Pays des Merveilles, Ariane découvre alors le décor idyllique d’un restaurant de bord de mer, où règne une atmosphère bon enfant, peuplé de personnages pagnolesques et d’une tortue parlante. Délaissant un temps son cinéma militant, Guédiguian invite le spectateur à simplement s’amuser avec lui, dans ce film familial et récréatif où il met en scène un chapelet de situations ludiques, portées par des personnages solidaires et plutôt attachants. De plus, avec son coscénariste marseillais Serge Valletti, il badine avec ses auteurs préférés : Jack lit Pasolini et Tchekhov ; Denis écoute Jean Ferrat chanter Aragon ; Martial évoque Sartre en pleurant ses “petits”, morts sans sépulture ; Lola se baigne dans une fontaine fellinienne ; Ariane jubile in fine avec Brecht sur scène. Une jolie manière de réinventer une fraternité universelle, que le plus fidèle public de Guédiguian appréciera. _M.T.