Warning: Cannot assign an empty string to a string offset in /home/www/fdcprod/wp-content/themes/hague/inc/template-custom.php on line 161
Search for content, post, videos

Armée Du Salut

L’Armée du Salut, à n’en pas douter, fait preuve d’un ton, d’une audace et d’une intention. Parler sans détour de l’homosexualité – et plus particulièrement de la sienne – quand on est marocain suppose, on l’imagine, du cran et de la conviction. Mais, trop assujetti peut-être à la dimension autobiographique de son sujet, Abdellah Taïa ne parvient jamais à trouver la bonne distance, ni le bon tempo. Ainsi le film s’articule-t-il autour d’une césure, un trou temporel que rien ne justifie, et dans lequel dix années passent à la trappe. On aurait pourtant aimé suivre plus avant la construction de ce jeune garçon dont le désir pour les hommes relève d’une évidence, et l’observer sauver sa peau dans un pays où l’hypocrisie sociale est reine, l’homosexualité perçue comme littéralement innommable, les mœurs libres jugées déviantes. Comment se structurer dans une famille où, à l’image du pays tout entier, règnent sur le sujet violence et silence ? Si la volonté de lever le pied en matière d’approche psychologique est manifeste, celle-ci n’en finit pas moins par faire défaut. Mais on sait gré à ce travail d’être dénué de tout misérabilisme, de s’être affranchi de moralisme et de ne jamais se montrer inutilement bavard. Les dialogues sont effectivement réduits à leur plus simple expression et les choses suggérées (pas toujours finement, comme en témoignent des scènes de sexe paradoxalement crues et embarrassées). La dernière partie, à Genève, sans doute la plus forte, ajoute au film un délicat glacis de mélancolie, illustrant l’idée qu’il n’est pas facile de devenir un jour soi-même. C’est là une ambition dont on ne guérit jamais tout à fait. _N.Z.