Warning: Cannot assign an empty string to a string offset in /home/www/fdcprod/wp-content/themes/hague/inc/template-custom.php on line 161
Search for content, post, videos

Apôtre

Cheyenne Carron, après son film autobiographique La Fille publique, revient avec un très beau sujet : la conversion au catholicisme d’un jeune homme destiné à devenir imam. Ému par l’humanité d’un prêtre, touché par les prières lors d’un baptême auquel il assiste, Akim va petit à petit remettre en cause sa foi musulmane. La cinéaste prend soin de ne pas caricaturer ses personnages. Si le frère d’Akim se montre violent, c’est d’abord parce qu’il est bouleversé et ne sait comment faire face à ce qu’il a appris à considérer comme une trahison, un crime envers Allah. Les réactions des uns et des autres paraissent tout à fait crédibles, tous ne se montrant d’ailleurs pas fermés au parcours d’Akim. On aurait cependant aimé mieux comprendre la démarche spirituelle du jeune homme. On le voit fasciné, remué par les Evangiles, mais on reste finalement extérieur à cet extraordinaire basculement intérieur, et on reste un peu sur sa faim. Car la question est davantage traitée dans ses conséquences familiales et communautaires que dans ses enjeux proprement religieux. Le scénario s’intéresse néanmoins à certaines interrogations du jeune homme mais, malgré l’évident souci de la réalisatrice de ne pas opposer une foi à une autre, la balance penche tout de même dans un sens. Citons par exemple la comparaison faite par Akim entre la zakât, le devoir d’aumône du musulman envers ses frères dans le besoin (dit-on dans le film), et la parabole du bon samaritain, qui lui se montre charitable envers son prochain sans souci de sa confession. Restent un vrai sujet, de très bons acteurs et une belle énergie, qui fait oublier les maladresses de ce film audacieux. _G.R.