Warning: Cannot assign an empty string to a string offset in /home/www/fdcprod/wp-content/themes/hague/inc/template-custom.php on line 161
Search for content, post, videos

Anatomie De L’enfer

ANATOMIE DE L’ENFER s’ouvre sur la house médiocre d’un DJ à la mode, dont la rythmique inaltérable accompagne les images d’une fellation entre hommes. Comme souvent, la scène de boîte de nuit est ratée, et le parler théâtral des comédiens n’en est que plus ridicule. Qu’importe, tout n’est pas sérieux, et le film n’a pas encore commencé. Dans une pièce inconfortable, dépouillée, où rien ne semble tout à fait familier, le souvenir reste la seule échappatoire au huis clos qui oppose A. Casar à R. Siffredi. Deux scènes traîtreusement bucoliques mettent en évidence des traumatismes de l’enfance, premières rencontres avec le sexe. Les images sont formidablement travaillées, ici en particulier, mais aussi dans l’ossature du récit qui adopte un visuel très fermé (longues focales pour une netteté précise, impression marquée de perspective), comme si l’action se passait véritablement dans une boîte. Irrespirable pour les deux personnages. L’homme, qui cherche à justifier son désamour pour le sexe opposé, et la femme, littéralement effrayée par son corps… Breillat tient là son sujet : ce corps étranger, et qui la dépasse. Bien entendu, on peut ne voir ici que pure provocation (rouge à lèvre, tampons et autres râteaux chargés de symboles, il y a de quoi susciter les rejets habituels), mais de toutes les manières, le tourment de la réalisatrice est passé. Ultime pied de nez : notons que R. Siffredi, la fameuse star du porno (déjà présent dans ROMANCE), s’avère parfois excellent !X.E.