Warning: Cannot assign an empty string to a string offset in /home/www/fdcprod/wp-content/themes/hague/inc/template-custom.php on line 161
Search for content, post, videos

Alleluia

Dix ans après l’excellent Calvaire, Fabrice du Welz revient dans les Ardennes avec Alleluia, deuxième volet de ce qui s’annonce comme une trilogie. L’histoire s’inspire ici d’un célèbre fait divers américain, à savoir la série de meurtres commis par Raymond Fernandez et Martha Beck, surnommés “The Lonely Hearts Killers”. De leur périple sanglant, du Welz a choisi de tirer une histoire d’amour autant qu’un récit criminel. Gloria, passionnée, intransigeante et violente, embarque Michel, escroc sans envergure, dans une spirale de meurtres que ni l’un ni l’autre n’avaient prévue. Dévorée par la jalousie, Gloria estourbit avec rage les conquêtes de Michel, alors même qu’elles sont leur gagne-pain. Fabrice du Welz filme en Scope cette valse romantique et morbide, avec un grain prononcé, des effets de couleurs (particulièrement le rouge) et des ralentis. On sent bien, d’un côté, la soif d’amour et de sensualité de Gloria, mère sans histoires qui bascule dans la folie, et de l’autre, le profond décalage avec la réalité dans lequel vit Michel, amoral et adepte des rituels magiques. Il n’empêche qu’on reste sur sa faim, la faute en partie à un scénario finalement assez attendu, sans grande surprise (rappelons que ce fait divers a déjà été adapté quatre fois au cinéma), et ne prenant pas suffisamment le temps de développer la complexité des deux héros. Leurs intentions et réactions sont en fait assez limpides, voire “normales”, dans la mesure où l’on a rapidement cerné leurs personnalités. On sourit de leurs excès, mais sans être réellement touchés par leur histoire. Ce manque de mystère et d’inattendu nuit à un film par ailleurs remarquablement interprété. _G.R.