Warning: Cannot assign an empty string to a string offset in /home/www/fdcprod/wp-content/themes/hague/inc/template-custom.php on line 161
Search for content, post, videos

800 Balles

Décidément, l’ancien protégé d’Almodóvar, Alex De la Iglesia, a plus d’un tour dans son sac. Ainsi, après le thriller hitchcockien MES CHERS VOISINS, le voici qui livre un hommage ému à la pittoresque époque du western spaghetti. Récit d’initiation, 800 BALLES se découpe clairement en deux parties : d’abord un segment mélodramatique, relatant la rencontre d’un petit garçon avec son grand-père, Julián, et ses compagnons, vestiges vivants de la glorieuse époque. Le cinéaste déploie dans ces séquences un étonnant talent pour retranscrire l’ambiance à la fois drolatique et fantomatique de ces survivants d’un autre âge. De la Iglesia explore aussi de manière convaincante une nouvelle veine, plus tendre, de son cinéma, en décrivant les rapports entre Julián et son petit-fils, échappant aux clichés sirupeux dans lesquels il aurait pu tomber. Mais vient ensuite la deuxième partie, contant la descente dans la violence des cascadeurs face à une réalité capitaliste, cherchant à détruire leurs rêves poussiéreux. Retournement de situation intéressant, mais n’arrivant pas à fonctionner. La mise en scène devient en effet poussive, et l’auteur semble subitement hésitant sur le ton à adopter pour relier au mieux les deux dissemblables parties. L’équilibre alors se rompt, la fin échouant à boucler de manière satisfaisante les pistes lancées par le film. Restent des instants sympathiques menés par une bonne troupe de comédiens portant en elle le grand film qu’aurait pu être 800 BALLESS.G.