Warning: Cannot assign an empty string to a string offset in /home/www/fdcprod/wp-content/themes/hague/inc/template-custom.php on line 161
Search for content, post, videos

5 X 2 Cinq Fois Deux

L’histoire d’un couple est-elle l’histoire suprême ? Celle qui englobe toutes les autres, celle qui est à la fois la plus simple et la plus impénétrable, la plus évidente et la plus irréductible ? En tous les cas, cette histoire fascine Ozon, et lui inspire ses meilleurs films : GOUTTES D’EAU SUR PIERRES BRÛLANTES, SOUS LE SABLE, et aujourd’hui 5 X 2. Cette fois, plus que jamais, il tend à l’évoquer sous un aspect universel. En ce sens, le principe du récit à rebours (qui, même s’il devient récurrent, ne doit pas être confondu avec un « procédé mode ») situe tout de suite les choses : il ne s’agit pas de l’histoire particulière d’un couple particulier, c’est juste une histoire et juste un couple. Ce renversement du récit voile par ailleurs le film d’un très beau et douloureux filtre nostalgique. Comme dans la plupart des histoires d’amour qui finissent mal, il n’y a ici rien qui explique, et rien qui justifie. Un couple ne se disloque pas dans l’enchaînement mathématique de causes et de conséquences, mais dans un lent travail d’érosion beaucoup plus irrationnel et souterrain : c’est cela que parvient à restituer Ozon, en se contentant juste d’ouvrir des portes, d’où partent des lignes de fuite. Cette distance pourra d’ailleurs, parfois, être perçue comme de la froideur et du cynisme. C’est le risque. Par ailleurs, le cinéaste reste fidèle à ses tics et ses thèmes (la mer, le trash chic, les ponctuations ludiques – ici les chansons italiennes). Mais il les met au service d’un propos plus épuré et plus adulte que jamais, repoussant les effets voyants au profit d’une très dense intériorité.N.M.