Warning: Cannot assign an empty string to a string offset in /home/www/fdcprod/wp-content/themes/hague/inc/template-custom.php on line 161
Search for content, post, videos

24 Jours

On peut contester le concept d’un film ne visant qu’à garder trace d’un fait de société. On peut être infiniment méfiant à l’idée que l’affaire du “gang des barbares” – fait divers abject, dans lequel les dimensions antisémite et purement crapuleuse sont emmêlées de façon trouble – soit lissée pour produire un spectacle, au choix, voyeur, niaisement bien-pensant ou politiquement simpliste. Enfin, on peut être d’autant plus effrayé quand c’est Arcady, cinéaste peu réputé pour son doigté et son sens de la complexité, qui est aux commandes. Pourtant, contre toute attente, le pire est ici évité. D’abord démonstratif (pour poser le contexte, les clichés liés à la judéité défilent en une accumulation comique dans la scène d’exposition) et balourd (ralentis, violons, hystérie : toutes les méthodes d’extorsion de l’émotion sont convoquées), le film, par la suite, trouve peu à peu ses appuis en s’engageant fermement sur la voie d’un thriller rigoureux et précis. Peut-être parce qu’il connaît ses limites, ou peut-être parce qu’il prend pour modèles les reconstitutions “à la limite du documentaire” de Greengrass (Vol 93, Capitaine Phillips) ou de Winterbottom (Un cœur invaincu), Arcady parvient à se sortir de cette périlleuse entreprise en s’en tenant scrupuleusement à une énonciation de faits. Concentré sur le déroulement exact des événements, il réussit globalement à ne pas se faire déborder par les dangereuses tentations qui le guettent : fictionnaliser les rapports entre les personnages et plaquer du discours sur les images. Ainsi, il nous laisse une marge de liberté suffisante pour réfléchir par nous-mêmes aux questions profondes que pose cette affaire, par-delà l’évidence choquante de son atrocité. _N.M.